Comment parler aux enfants des nouvelles difficiles

parent enfant

Tous les parents veulent protéger leurs enfants des horreurs du monde le plus longtemps possible. Cependant, tôt ou tard, chaque enfant devra faire face à une tragédie. Il peut s’agir d’un ami à l’école décédé ou d’une catastrophe naturelle qui fait des ravages dans le voisinage ou à l’autre bout de la terre. Même entendre des nouvelles tragiques sur les réseaux sociaux ou à la télévision peut avoir un effet néfaste sur les enfants. Dans le contexte du réchauffement climatique et des nombreuses crises actuelles du monde, les bonnes nouvelles se font rares.

Ce sont des sujets extrêmement difficiles à aborder avec les enfants et les adolescents, d’autant plus que vous ne savez peut-être pas ce dont votre jeune a besoin. Voici des conseils sur la façon de parler aux enfants des mauvaises nouvelles et de guider la conversation dans une direction productive.

La vie des enfants est régulièrement touchée par des traumatismes

Peu importe à quel point les parents ou les enseignants essaient d’éloigner les «mauvaises choses». Au lieu de protéger les enfants des dangers, de la violence ou des tragédies autour de nous, les adultes devraient parler aux enfants de ce qui se passe.

Ces conversations peuvent ne pas vous sembler facile, mais adopter une position proactive, discuter des événements tragiques dans un langage adapté à son âge peut aider un enfant à se sentir plus en confiance et plus en sécurité.

Même si les adultes essaient d’éviter les sujets difficiles, les enfants apprennent ou comprennent la plupart du temps quand quelque chose de triste ou d’effrayant se produit. Si les adultes ne leur en parlent pas, un enfant peut dans sa tête surestimer de la menace ou de ce qui ne va pas. Le silence des adultes est souvent mal interprété par les enfants qui ont au contraire besoin de comprendre. Alors, soyez le premier à aborder le sujet difficile. Lorsque les parents démarrent les conversations difficiles, ils font savoir à leurs enfants qu’ils sont disponibles et solidaires.

Guider la conversation

Pensez, avant de parler, à ce que vous voulez transmettre et comment le dire . C’est OK de se préparer mentalement, devant un miroir ou avec un autre adulte. Une bonne préparation peut faciliter la discussion. Vous n’aurez pas à improviser.

Si le sujet est complexe, par exemple concernant le réchauffement climatique, il sera probablement judicieux de rafraîchir vos connaissances scientifiques sur l’effet de serre ou le cycle du carbone. Ainsi, vous ne raconterez pas de bêtises et apprendrez des choses intéressantes avec votre enfant. Le site des gardiens du climat est un outil de référence précieux pour l’éducation scientifique des enfants aux changements climatiques.

Trouvez un moment de calme

C’est peut-être après le dîner ou pendant la préparation du déjeuner le matin. Il faut choisir le moment et le lieu où vos enfants peuvent être attentif, ouvert au dialogue et au centre de votre attention.

Découvrez ce qu’ils savent

Par exemple, il y a eu une fusillade dans une école ou une bombe qui a explosé dans un autre pays. Demandez-leur « Qu’avez-vous entendu à ce sujet? » Et puis écoutez-les. Ecoutez-les. Ecoutez-les. Et écoutez le plus possible.

Partagez vos sentiments avec votre enfant
Il est normal de dévoiler vos sentiments avec vos enfants. Ils voient que vous êtes aussi un humain. Ils ont également la chance de voir que même s’ils sont contrariés, leurs parents sont toujours là pour les ressaisir et aller de l’avant. Les parents ont souvent entendu ce conseil : soyez un modèle. Cela s’applique également aux émotions.

Dire la vérité

parent mauvaise nouvelleExposez les faits à un niveau qu’ils peuvent comprendre. Vous n’avez pas besoin de donner de détails glauques ou sanguinolents.

Pour les jeunes enfants, vous devrez peut-être discuter de ce que signifie la mort (ne plus rien ressentir, ne plus avoir faim, soif, peur ou souffrir; nous ne les reverrons plus jamais, mais nous pouvons garder leurs souvenirs dans nos cœurs et nos têtes).

N’ayez pas peur de dire : « Je ne sais pas. »

Parfois, la réponse à la question est «Je ne sais pas». « Pourquoi les terroristes ont-ils fait ça? » « Je ne sais pas » ou “Je ne comprend pas, non plus” est une bonne réponse.

Surtout, rassurez-vous

À la fin de la conversation, rassurez vos enfants que vous ferez tout votre possible pour les protéger et veiller sur eux. Rassurez-les que vous serez disponible pour répondre à leurs questions ou pour parler à nouveau de ce sujet à l’avenir. Faites-leur savoir qu’ils sont aimés.

Prenez soin de vous

Traverser des tragédies difficiles peut être épuisant. N’oubliez pas de prendre soin de vous.

Ces conseils et stratégies peuvent vous aider à guider vos enfants à travers la crise actuelle. Si vous vous sentez coincé, dépassé ou que votre enfant montre des signes persistants de stress ou d’agitation, vous pouvez envisager de parler à quelqu’un qui pourrait vous aider. Un professionnel de la santé mentale agréé, tel qu’un psychologue, peut vous aider à élaborer une stratégie appropriée pour aller de l’avant.

Quels vêtements unisexes pour enfant choisir ?

pyjama bebe

Vous voulez vous sentir plus libre dans le choix de vêtement pour votre enfant ? Optez pour les habits unis-genres, autrement dit « gendernatural ». Dans la mode enfantine, le vêtement unisexe a pris une place importante dans la tendance. Il ne cesse de se populariser et de plus en plus de parents choisissent ce nouveau style. Ceci dit, il est toujours important de bien choisir les habits de votre enfant qu’il soit une fille ou un garçon. Voici quelques informations à savoir si vous optez pour ce genre de vêtement.

Des vêtements à couleur neutre

Très en vogue, les vêtements unisexes sont de nos jours les bienvenues dans la garde-robe enfantine. D’ailleurs, même le pyjama bébé est actuellement disponible en mode unisexe. Donc, si vous avez opté pour ce genre de vêtement, misez tout d’abord dans la couleur. En effet, sortez des clichés comme quoi le rose est réservé aux filles et le bleu aux garçons. Votre enfant, qu’il soit fille ou garçon peut porter des vêtements d’une toute autre couleur que le rose et le bleu. Là-dessus, votre enfant peut tout à fait porter des vêtements de couleurs subtiles. Le blanc par exemple, est une couleur bien neutre ainsi que le gris, le noir, le grena ou encore le marron. Cependant, pour un enfant, il est quand même préférable d’opter pour les couleurs doux et pastel. Elles sont également neutres mais beaucoup plus gaies, agréables et plus adéquates pour les enfants.

Fini les princesses et les super-héros

Aujourd’hui, les vêtements imprimés par genre ne font pas partie de la mode unisexe. On dit adieu aux petites robes de princesses et aux tee-shirts imprimés de super-héros. Sachez que tous les garçons ne rêvent pas que de science-fiction et toutes les filles ne rêvent pas que des paillettes et des licornes. Pour saturer ces clichés fille/garçon, optez pour des habits impartiaux. Les motifs sont par exemple à prendre en considération. Effectivement, vous pouvez choisir des motifs plus universels et plus généralisés. En plus, dans ce cadre, vous êtes beaucoup plus libre dans vos choix car plusieurs alternatives sont à votre disposition. Plusieurs motifs sont concevables comme les imprimés graphiques par exemple. Aussi, il y a des imprimés porteurs de messages poétiques, funs, cool etc.

Opter pour les collections sans genres et modernes

Il est également envisageable de choisir une collection entière de vêtements mixtes pour votre enfant. Et ce depuis le manteau, le pantalon et même le pyjama bébé. On ne s’arrête pas qu’aux couleurs et aux motifs. On s’attaque aussi aux vêtements proprement dit. Par exemple, une fille n’est pas toujours obligée de porter une robe ou une jupe. Elle peut tout à fait porter un pantalon ou un short. Les pantalons slims sont par exemple conseillés car ils sont passe-partout et ils sont aussi très tendances. De même, il y a les tee-shirts, bombers, sweets, joggings, jeans et aussi les hoodies. Ces derniers sont tous, accessibles en mode mixtes. Sachez aussi que mettre des vêtements unisexes permet aux enfants de se sentir à l’aise. Tout est question de confort, de style et de liberté.

Nos conseils pour bien réussir votre garde partagée

enfance

Quand un couple ayant des enfants vient de se quitter, il est souvent difficile de réussir la garde de ces enfants. Qu’il s’agisse d’une difficulté de dialogues avec son ex-partenaire ou de l’exigence des enfants, la garde partagée n’est pas chose aisée. Toutefois, avec une bonne communication et un bon sens de coopération, cette garde devient un partenariat réussi entre les deux parents. Voici pour vous quelques conseils pouvant vous aider à réussir votre garde partagée.

Définir un terrain d’entente sur le lieu de garde

Dans la plupart des cas, c’est l’option de l’alternance qui est adoptée par les parents. Cela voudrait dire que les enfants passent une semaine chez maman, et l’autre semaine chez papa. Toutefois, pour certaines raisons, il peut arriver que la garde se fasse uniquement au domicile d’un des parents.

De la même manière, certains parents s’entendent pour choisir une place en crèche pour leurs enfants après un divorce. Peu importe le scénario, l’idéal est de s’entendre sur un lieu avant de signer le contrat de la garde.

Élaborer à l’avance un programme de garde

oscarC’est possible que votre agenda professionnel ne concorde pas avec l’emploi du temps scolaire des enfants. Le mieux dans ce cas est de vous entendre avec votre ex-partenaire sur un programme de garde partagée. Un programme qui ne doit être ni imposant ni perturbant pour les enfants. En effet, il a été constaté qu’ils sont souvent déstabilisés par des changements de dernières minutes imposés par leurs parents.

Pour éviter de pareilles situations, certains ex-couples préfèrent faire appel aux services d’une nounou, d’un ami proche, etc. C’est aussi une possibilité que vous pouvez envisager, évidemment après analyses et réflexions.

Résider dans la même région ou ville

Il s’agit probablement d’une des conditions les plus importantes pour réussir une garde partagée. En fait, il peut arriver que les enfants oublient leurs jouets, cahiers ou livres dans une maison. Vivre dans la même ville que vous leur permettra de facilement récupérer ces effets.

Prioriser le dialogue entre familles

Afin de prévenir d’éventuels conflits, il est primordial de discuter entre familles. Cela permet de partager les contraintes budgétaires ainsi que les souhaits d’une bonne éducation pour les enfants. Cela implique la transparence dans vos actes. C’est inévitablement la clef d’une garde partagée réussie. Supposons que vous décidez avec votre ex-partenaire de mettre vos enfants en collectivité. Il est essentiel que vous discutiez avec l’autre famille et avec la nounou des enfants. Ce dialogue permet de trouver un terrain d’attente (la nounou pour la garde du matin, l’autre famille pour celle de l’après-midi).

Planifier le quotidien de vos enfants

Ce point concerne essentiellement la distraction et le repas des enfants. En effet, vous devez toujours garder à l’esprit que vos enfants ne doivent en aucun se sentir délaissés. Ils ne doivent également pas manquer de quoi se nourrir. Il est donc conseillé de s’entendre avec la famille de garde ou la nounou, histoire qu’elle vous prévienne avant la rupture des stocks.

Quant aux distractions, entendez-vous avec votre ex-partenaire pour emmener les enfants soit jouer au parc soit au ciné ou dans un restaurant. Cela leur permettra de changer leur état d’esprit. Cela nécessite bien évidemment un budget. Soyez donc prévoyant à chaque fois.

Toujours avoir un comportement de respect mutuel

Dans le cas où vous avez décidé avec votre ex-partenaire de confier la garde de vos enfants à une autre famille, vous devez en toutes circonstances respecter cette dernière. Vous ne devez à aucun moment émettre des critiques négatives à son égard, pire encore devant vos enfants ou la nounou. De la même manière, éviter de critiquer le comportement des autres enfants devant vos enfants.

Pour ceux qui ont de difficultés à retenir, pensez juste aux choses que vous n’aimeriez pas que l’autre famille vous fasse. Quelqu’un qui veut une bonne éducation pour ses enfants se doit lui-même le respect. Par ailleurs, vous devez constamment faire preuve de souplesse et gardez toujours votre esprit ouvert. L’objectif n’a pas changé : le bien-être des enfants.

Faire preuve de patience

Vous venez d’opter pour une place en crèche pour la garde partagée de vos enfants. Tout ne se passera pas tout de suite comme vous l’auriez souhaité. S’il s’agit d’un cas où la garde des enfants est confiée à une autre famille, les deux familles doivent prendre le temps de se connaître.

De la même manière, la relation entre la nounou et vos enfants prendra du temps. Ne soyez pas frustré, tout rentrera dans l’ordre. Il faut accepter ces ajustements qui peuvent durer quelques jours ou plusieurs semaines.

10 minutes pour un anniversaire réussi

Vous fêtez l’anniversaire de votre petite cousine, vous êtes chargée de l’animation de la soirée de votre sœur, vous recevez les 10 amis de vos enfants samedi prochain ? Pas de panique, voici comment confectionner ce qui sera à la fois une déco originale et personnalisée et un jeu qui amusera tout le monde pendant un bon moment. Vous en avez surement entendu parler ces dernières années, les pinatas ont fait leur apparition de notre coté de l’Atlantique. Ces objets en carton ou en papier mâché, sur lesquels on tape avec un bâton les yeux bandés jusqu’à ce qu’elles explosent en libérant leur contenu de bonbons, confettis et autres surprises. Une pinatas, c’est original et cela amuse autant les petits que les grands ! Originaire du Mexique, ces décorations-surprises peuvent se trouver dans certains magasins de jouets ou de déguisement, mais le plus simple, le plus économique et surtout le plus drôle, c’est de la faire soi-même ! Vous pourrez ainsi personnaliser autant l’extérieur que l’intérieur, pour qu’elle entre dans le thème de votre journée et pour avoir des cadeaux adaptés à votre public !

Afin que sa fabrication ne prenne que quelques minutes, nous allons réaliser une structure en carton. Les vraies pinatas sont souvent fabriquées en papier mâché mais des bords en cartons font très bien l’affaire, tant qu’ils restent suffisamment souples pour pouvoir être détruits avec votre force et un bâton !

Pour faire votre pinata de façon simple, suivez nos explications !

Il vous faudra prévoir les morceaux de carton qui feront la structure. Nous vous conseillons de prendre 6 carrés de la même taille pour réaliser un cube, ce qui sera assez simple à fabriquer.

Prévoyez aussi les décorations que vous souhaitez coller sur l’extérieur de votre cube. Papier, paillettes, motifs, masking tape, faites-vous plaisir ! Plus votre pinata sera colorée et rigolote, plus elle aura de succès.

Choisissez également les surprises que vous souhaitez cacher à l’intérieur. Plein de petites choses qui voleront dans tous les sens est en général le plus rigolo (sauf les confettis qui se coinceront dans votre parquet, mais c’est à vous de voir ). Si vous manquez d’idées ou de temps, des bonbons en tous genre font toujours l’affaire.

Une fois que vous avez rassemblé toutes vos petites surprises et vos plus belles décos, sortez ciseaux, gros scotch et colle, et c’est parti !

Confectionnez un cube avec vos carrés de carton en les assemblant avec du gros scotch. Ce n’est pas grave si votre pinata n’est pas jolie à cette étape, vous décorerez ensuite toute la surface. Avant de fermer le dernier coté, remplissez votre pinata de toutes vos petites surprises. Fermez votre cube. Il doit être solide mais doit pouvoir aussi être cassé avec un bâton par quelqu’un qui aura les yeux bandés, ne l’oubliez pas quand vous superposerez les couches de scotch !

Ensuite, place à la déco ! Collez, fixez, accrochez tout ce qui vous fera plaisir et qui sera dans le thème de votre anniversaire. Motifs ananas, fusées, papier doré, fleurs en papier crépons, franges, rubans, laissez parler votre imagination !

Avant le jour J, pensez à amener de quoi accrocher votre pinata (à un arbre ou une poutre par exemple). Prenez un bâton et de quoi bander les yeux de celui ou celle qui devra la briser. Le principe est de frapper (souvent à coté) jusqu’à viser la pinata et réussir à la faire voler en éclat avec tous ses trésors ! Joyeux anniversaire !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer