Comment parler aux enfants des nouvelles difficiles

parent enfant

Tous les parents veulent protéger leurs enfants des horreurs du monde le plus longtemps possible. Cependant, tôt ou tard, chaque enfant devra faire face à une tragédie. Il peut s’agir d’un ami à l’école décédé ou d’une catastrophe naturelle qui fait des ravages dans le voisinage ou à l’autre bout de la terre. Même entendre des nouvelles tragiques sur les réseaux sociaux ou à la télévision peut avoir un effet néfaste sur les enfants. Dans le contexte du réchauffement climatique et des nombreuses crises actuelles du monde, les bonnes nouvelles se font rares.

Ce sont des sujets extrêmement difficiles à aborder avec les enfants et les adolescents, d’autant plus que vous ne savez peut-être pas ce dont votre jeune a besoin. Voici des conseils sur la façon de parler aux enfants des mauvaises nouvelles et de guider la conversation dans une direction productive.

La vie des enfants est régulièrement touchée par des traumatismes

Peu importe à quel point les parents ou les enseignants essaient d’éloigner les «mauvaises choses». Au lieu de protéger les enfants des dangers, de la violence ou des tragédies autour de nous, les adultes devraient parler aux enfants de ce qui se passe.

Ces conversations peuvent ne pas vous sembler facile, mais adopter une position proactive, discuter des événements tragiques dans un langage adapté à son âge peut aider un enfant à se sentir plus en confiance et plus en sécurité.

Même si les adultes essaient d’éviter les sujets difficiles, les enfants apprennent ou comprennent la plupart du temps quand quelque chose de triste ou d’effrayant se produit. Si les adultes ne leur en parlent pas, un enfant peut dans sa tête surestimer de la menace ou de ce qui ne va pas. Le silence des adultes est souvent mal interprété par les enfants qui ont au contraire besoin de comprendre. Alors, soyez le premier à aborder le sujet difficile. Lorsque les parents démarrent les conversations difficiles, ils font savoir à leurs enfants qu’ils sont disponibles et solidaires.

Guider la conversation

Pensez, avant de parler, à ce que vous voulez transmettre et comment le dire . C’est OK de se préparer mentalement, devant un miroir ou avec un autre adulte. Une bonne préparation peut faciliter la discussion. Vous n’aurez pas à improviser.

Si le sujet est complexe, par exemple concernant le réchauffement climatique, il sera probablement judicieux de rafraîchir vos connaissances scientifiques sur l’effet de serre ou le cycle du carbone. Ainsi, vous ne raconterez pas de bêtises et apprendrez des choses intéressantes avec votre enfant. Le site des gardiens du climat est un outil de référence précieux pour l’éducation scientifique des enfants aux changements climatiques.

Trouvez un moment de calme

C’est peut-être après le dîner ou pendant la préparation du déjeuner le matin. Il faut choisir le moment et le lieu où vos enfants peuvent être attentif, ouvert au dialogue et au centre de votre attention.

Découvrez ce qu’ils savent

Par exemple, il y a eu une fusillade dans une école ou une bombe qui a explosé dans un autre pays. Demandez-leur « Qu’avez-vous entendu à ce sujet? » Et puis écoutez-les. Ecoutez-les. Ecoutez-les. Et écoutez le plus possible.

Partagez vos sentiments avec votre enfant
Il est normal de dévoiler vos sentiments avec vos enfants. Ils voient que vous êtes aussi un humain. Ils ont également la chance de voir que même s’ils sont contrariés, leurs parents sont toujours là pour les ressaisir et aller de l’avant. Les parents ont souvent entendu ce conseil : soyez un modèle. Cela s’applique également aux émotions.

Dire la vérité

parent mauvaise nouvelleExposez les faits à un niveau qu’ils peuvent comprendre. Vous n’avez pas besoin de donner de détails glauques ou sanguinolents.

Pour les jeunes enfants, vous devrez peut-être discuter de ce que signifie la mort (ne plus rien ressentir, ne plus avoir faim, soif, peur ou souffrir; nous ne les reverrons plus jamais, mais nous pouvons garder leurs souvenirs dans nos cœurs et nos têtes).

N’ayez pas peur de dire : « Je ne sais pas. »

Parfois, la réponse à la question est «Je ne sais pas». « Pourquoi les terroristes ont-ils fait ça? » « Je ne sais pas » ou “Je ne comprend pas, non plus” est une bonne réponse.

Surtout, rassurez-vous

À la fin de la conversation, rassurez vos enfants que vous ferez tout votre possible pour les protéger et veiller sur eux. Rassurez-les que vous serez disponible pour répondre à leurs questions ou pour parler à nouveau de ce sujet à l’avenir. Faites-leur savoir qu’ils sont aimés.

Prenez soin de vous

Traverser des tragédies difficiles peut être épuisant. N’oubliez pas de prendre soin de vous.

Ces conseils et stratégies peuvent vous aider à guider vos enfants à travers la crise actuelle. Si vous vous sentez coincé, dépassé ou que votre enfant montre des signes persistants de stress ou d’agitation, vous pouvez envisager de parler à quelqu’un qui pourrait vous aider. Un professionnel de la santé mentale agréé, tel qu’un psychologue, peut vous aider à élaborer une stratégie appropriée pour aller de l’avant.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer